5 points à vérifier pour savoir si on a trouvé le bon associé

5 points à vérifier pour savoir si on a trouvé le bon associé

Valentin Brulin

26/07/2018

Vous venez de trouver un porteur de projet / développeur avec qui vous pensez vous associer. Vous allez enfin pouvoir vous lancer dans l’entrepreneuriat. Mais comment être bien sûr(e) que la personne que vous avez rencontrée est la bonne ? Quels sont les points indispensables à vérifier pour être sûr(e) de votre choix, et savoir si vous avez enfin trouvé votre associé(e) idéal(e) ?

Cofondateur.fr a fait un récap pour vous.

Partager des valeurs et une ambition commune

Beaucoup d’entrepreneurs qui se sont associés le répètent : l’association c’est comme un mariage. Les associés doivent partager les mêmes valeurs et avoir la même motivation. Imagineriez-vous vous marier avec une personne qui ne vous correspond pas et qui n’attend pas les mêmes choses de votre relation ? Pour l’association, c’est exactement la même chose.

Vous devez donc définir dès le début ce qui vous motive sur le projet et la vision que vous avez sur l’avenir de l’entreprise. Si vos ambitions ne concordent pas … peut-être que ce n’est finalement pas le bon partenaire.

Ce point est très important, car même si vous avez les mêmes idées sur le moment, il se peut que vos avis divergent à l’avenir. Ce désaccord sera source de conflit et pourrait potentiellement mettre un terme à votre association. Cela serait dommage d’en arriver là après tout le travail accompli.

POUR MIEUX COMPRENDRE LES ATTENTES DE L’AUTRE, VOICI QUELQUES QUESTIONS QU’IL EST NÉCESSAIRE DE POSER AVANT DE S’ASSOCIER :

– Des questions relatives à l’argent : la personne souhaite-t-elle être payée dès le début ? A-t-elle des pressions financières ? Va-t-elle investir ? Allez-vous lever des fonds ? Si oui, comment et quand ?

– Quelles sont ses motivations pour l’entrepreneuriat ?

– Combien de temps accordez-vous au projet ?

– Est-ce que la personne a des projets à côté ? Comment compte-t-elle les gérer ?

– Est-ce qu’elle est mariée ? A-t-elle des enfants ?

Cette liste n’est bien entendue par exhaustive. N’hésitez pas à poser toutes vos questions.

Avoir déjà travaillé ensemble

Reprenons l’image du mariage. Vous imaginez-vous demander la main de quelqu’un une semaine après l’avoir rencontré ? Pas vraiment, non. L’association c’est la même chose. En effet, avant de vous lancer dans l’aventure, il faut que vous appreniez à connaître votre futur(e) associé(e). Pour cela, rien de mieux que de travailler ensemble. Chaque profil est différent, et vous aurez donc un temps d’adaptation propre. Certains vont attendre 3 mois, 6 mois, voire 1 an avant de s’associer. Quoiqu’il en soit, prenez le temps qu’il vous faut.

Ce moment de réflexion est nécessaire et vous permettra de mieux comprendre comment votre futur(e) associé(e) fonctionne. Vous pourrez également savoir si vous arrivez à travailler ensemble, et si vous prenez plaisir à collaborer avec il ou elle. Durant cette étape, vous devez vous poser plusieurs questions : comment la personne gère-t-elle le stress ? L’échec ? ; comment s’adapte-t-elle lors d’un imprévu ? ; comment gérez-vous les conflits et vos désaccords ? ; est-ce que la personne partage la même culture de travail que vous ? ; sait-elle manager des équipes ? ; etc.

Un conseil ? Ne sautez surtout pas cette étape. Une des erreurs fréquente est de se jeter sur le premier venu tout simplement parce qu’il nous manque du temps ou qu’on est pressé.

Cependant, c’est tout le contraire : si vous prenez le temps au départ, vous en gagnerez par la suite. En effet, en vous associant immédiatement sans prendre le temps de connaître la personne, vous augmentez les chances de mettre fin à votre association. Vous serez alors forcé(e) de retrouver une autre personne, et vous devrez tout recommencer à zéro.

Avoir confiance

En effet, avoir confiance en votre futur(e) associé(e) est primordial. Quand vous vous associez, cela signifie que vous pouvez y aller les yeux fermés tout en sachant que le travail sera fait et que tout se passera bien. Si cela n’est pas le cas, ou si votre intuition vous dit de ne pas y aller … C’est peut-être que ce n’est pas la bonne personne.

De même, la communication est très importante. Soyez transparent(e) avec votre futur(e) associé(e) dès le début. De cette manière, vous saurez à quoi vous attendre.

Partager des moments avec votre futur(e) associé(e) en dehors du projet

Avant de vous associer : passez du temps ensemble en dehors du projet. En effet, même si vous arrivez très bien à travailler ensemble, cela ne suffit pas. Vous devez tester votre relation avec votre futur(e) associé(e) à la fois sur le plan professionnel et personnel. Cela vous permettra de créer des liens dans une atmosphère plus conviviale, et de voir également si vos personnalités concordent. Avoir un bon feeling avec son associé(e) est indispensable. Vous arriverez à surmonter les moments de crise, et vous serez capable de mettre le travail de côté pour voir les choses de manière plus claire.

Avoir des compétences complémentaires

Votre futur(e) associé(e) et vous devez partager des choses en commun, mais vous devez avant tout être complémentaires. En effet, il est important dans une association que les profils soient diversifiés et spécialisés dans un domaine.

Avoir des compétences complémentaires vous permettra ainsi de définir les rôles de chacun de manière claire. De même, cela vous évitera de vous marcher sur les pieds, et de générer des conflits.

Par ailleurs, développer plusieurs spécialités au sein même d’une entreprise (et surtout dans une startup) est bénéfique, et va vous permettre d’avoir des compétences dans plusieurs domaines.


Vous serez peut-être intéressé par...