Interview de Victor, Cofondateur de Triliz

Interview de Victor, Cofondateur de Triliz

Margot Charbonnel

21/01/2021

Cette semaine, nous avons échangé avec Victor, entrepreneur passionné qui, avec son ami et associé Louis, a lancé une solution modernisée de leasing de matériel informatique destinée aux professionnels. Son histoire a d’ailleurs été remarquée avec son post Linkedin. Quitter un poste en pleine pandémie pour se lancer dans l’entrepreneuriat ? Même pas peur !

Peux-tu te présenter et m’en dire un peu plus sur ton parcours ?

« Je m’appelle Victor, j’ai 26 ans et j’ai fait un parcours d’école de commerce classique à Paris. J’ai fait mon alternance de master dans un gros groupe puis j’ai ensuite travaillé 3 ans chez Fnac Darty sur des projets de planning stratégique. Mon associé Louis travaillait dans une startup et de mon côté j’ai toujours été attiré par l’entrepreneuriat. Nos parcours ont été complémentaires pour créer notre startup. »

triliz

Comment avez vous eu l’idée de Triliz ?

« Louis, mon associé, travaillait dans une startup et il était chargé de trouver du matériel informatique en location pour ses équipes. Il a eu alors deux expériences différentes : Du côté des constructeurs, ceux-ci demandent facilement les trois derniers bilans, sa liasse fiscale mais aussi trois ans d’ancienneté ! Évidemment, c’est extrêmement contraignant pour une startup simplement pour louer un ordinateur. Du côté des autres sociétés faisant du leasing informatique, c’est encore un autre problème. Elles sont très en retard. Énormément de délai pour recevoir le bon devis et malheureusement rien n’est digitalisé. Louis s’est fait une réelle réflexion là-dessus et en tant que client, a rencontré des difficultés pour louer du matériel informatique.
Ce à quoi, on a beaucoup réfléchi et on a souhaité mettre en place une solution simple, accessible et digitale. Voilà comment est né Triliz. »

Vous avez lancé votre boîte en pleine pandémie, pouvez-vous nous en dire davantage ?

« Ça fait peur bien sûr. En réalité, on a commencé en janvier 2020. On était en pleine réflexion sur nos processus d’acquisition et commerciaux. En mars, le monde s’est arrêté avec la pandémie, les PME n’investissaient plus. On avait deux solutions. Soit on arrêtait sachant que la situation était très incertaine, soit on se montrait résilient. C’est ce qu’on a fait. Louis et moi étions chacun au chômage partiel, on en a profité pour travailler encore plus sur notre projet pour être prêts au déconfinement. On a eu raison, puisque dès le mois de mai, on a conclu plusieurs accords commerciaux. Cela nous a conforté dans l’idée que notre solution était réellement pertinente.
Finalement, ce que je retiens de cette expérience c’est vraiment la résilience. C’est quelque chose qu’on entend très souvent dans l’entrepreneuriat mais c’est la réalité. Il faut savoir rebondir et cette période difficile nous a été très formatrice pour la suite.
Au fur et à mesure, on s’est dit qu’il fallait qu’on injecte de la tech car on vend purement du hardware. On voulait vraiment un patron technique qui allait entrer au capital de la société. C’est en octobre 2020 qu’on a commencé nos recherches d’un associé développeur. »

Comment s’est passée votre recherche de CTO ?

« On avait peu de réseau de ce côté. Au début, on s’était tourné vers les réseaux avec des groupes d’entrepreneurs. On a alors découvert la plateforme Cofondateur et on s’est lancé. Très vite, on a eu des pistes avec plusieurs profils qui étaient intéressés par notre projet. On a échangé avec 4-5 développeurs au début. Puis, on a décidé de faire un second rendez-vous avec ceux qui semblaient correspondre et avec qui on avait eu un échange sympa. Parmi ces personnes, il y avait Aurelien. C’est la seule personne qu’on a rencontrée en physique. On a pu discuter très simplement de façon informelle. Rapidement, on a compris qu’on se rejoignait sur de nombreux points. On s’est revu une fois pour voir si l’on pouvait travailler ensemble, et se donner un feedback. Aurélien avait d’autres propositions à côté de la nôtre. Finalement, il est revenu vers nous, car le projet le stimulait véritablement et il avait envie de s’investir avec nous. »

Quels conseils pourrais-tu donner à ceux qui recherchent un CTO sur Cofondateur ?

« Ce que je peux dire c’est de ne pas hésiter à échanger au maximum. C’est comme ça que vous avez déjà un aperçu de la personne que vous avez en face et si effectivement le contact passe bien. Si vous avez des points communs, des débats, c’est bon signe. Côté technique, on a demandé à des personnes sachant coder de tester Aurélien à ce niveau là. Aussi, ne pas hésiter à établir des règles d’associés dès le départ sur lesquelles tout le monde donne son accord ! »

N’hésitez pas à aller visiter leur site internet : triliz.com


Vous serez peut-être intéressé par...